A TRIBE CALLED QUEST ORPHELINE : PHIFE (DAWG) NOUS A QUITTE A 45 ANS

Partager

 

ATCQ

 

 

PUTAIN cela ne va jamais s’arrêter ! Phife, l’un des trois membres fondateurs de A Tribe Called Quest avec Q-Tip et Ali Shaheed Muhammad nous a brusquement quittés cette nuit, terrassé à 45 ans par le diabète qu’il combattait avec pugnacité depuis des années. Mes premières pensées vont bien sûr à sa famille et à ses deux copains. J’avais rencontré les ATCQ voici exactement un quart de siècle. Ces trois kids avaient tout juste vingt ans, c’étaient des gamins. Aujourd’hui ce n’est pas seulement le hip hop qui est en deuil, mais tous les « music lovers » de la Planète. So long ami Phife, tu nous manques déjà.

Le 11 décembre dernier, pour fêter les 25 ans du premier album de A Tribe Called Quest ,« People’s Instinctive Travels and the Path of Rythm », je publiais mon interview en studio dans le Bronx avec Q-Tip, Phyfe et Ali Shaheed Muhammad menée pour la télévision. Trois mois plus tard, en relisant ces lignes j’ai un gout de cendre dans la bouche. Phife Dawg, de son vrai nom Malik Taylor, nous a quittés cette nuit victime de complications générées par son diabète. Kendrick Lamar, qui était en concert à Sydney, a demandé aux 18.000 spectateurs du show de scander durant plus d’une minute le patronyme Phife. Les deux membres survivants ont publié le communiqué suivant : « Nos cœurs sont lourds. Nous sommes dévastés. Nous n’étions pas préparés à une telle nouvelle, même si sa santé fragile n’était guère un secret pour nous. Comme le combat qu’il menait. Car ce combat pour la joie et le bonheur lui apportait tout ce dont il avait besoin. Le combat pour continuer à rendre heureuse sa famille, à rendre son âme heureuse comme tous ceux qui l’entouraient, une joie intégrale et pure…jusqu’à ce qu’il réponde à l’appel de Dieu. Nous aimons sa famille, sa mère, son père, son fils, sa femme, ses neveux, sa famille étendue ici à New York, Atlanta, en Californie et à Trinidad. L’impact de sa musique et tout ce à quoi il a contribué est sismique et impossible à mesurer. Il nous a marqués autant qu’il vous aura tous marqués. Son courage et son sourire nous ont tant inspirés. Il n’a pas souffert. il était heureux. » Phife était atteint de deux types de diabètes qui avaient déjà nécessité une greffe de rein en 2008. Phife était accro…au sucre, une drogue aussi addictive que la coke ou l’héro et c’est sans doute ce qui a fini par le tuer. Repose en paix génial et émotionnel Phife.

AU CŒUR DU BRONX AVEC A TRIBE CALLED QUEST

Tandis que l’on célèbre le quart de siècle du fulgurant « People’s Instinctive Travels and the Path of Rythm », le premier album de A Tribe Called Quest, GBD inverse le cours du temps pour revenir sur Harlem Boulevard, dans le Bronx, le soir de sa première rencontre avec Q Tip, Ali Shaheed Muhammad et le taiseux Phife…

ATCQNous sommes le 8 avril 91 et dans deux jours Q Tip va célébrer son 21 éme anniversaire. Ali et Phife eux ont encore 20 ans. Ce sont des gamins, mais des gamins si doués ! À l’écoute de leur premier LP, j’avais été sidéré par la puissance de leur imagination musicale et le choix si judicieux de leurs samples, comme la Marseillaise de l’intro de « All You Need Is Love » pour « Luck of Lucien », le cuivre de « Sir Duke » de Stevie Wonder pour « Foot Print » ou l’imparable «  Walk On the Wild Side » de Lou Reed pour le percutant « Can I Kick It ». Sans oublier  Earth Wind and Fire pour « Mr Muhammad ». Par ses emprunts au jazz et son écriture inédite, « People’s Instinctive Travels and the Path of Rythm » a changé la face du rap. Voilà pourquoi j’avais accepté de faire le pied de grue toute la journée devant un studio de Manhattan à attendre que ces fichus gamins surdoués finissent leur ITW pour MTV. Mais le jeu en valait la chandelle. Dès que les collègues de la « music television » ont plié leur matos, les ATCQ nous entrainaient au cœur du Bronx jusqu’au studio de Jazzy Jay pour assurer mon tournage pour l’émission « Megamix » sur Arte. Et voilà nos trois garnements posés devant une pizzeria modèle « Sal’s Pizzeria » de « Do the Right Thing » qui se présentent face caméra : « Moi c’est Q Tip, le poète abstrait d’ATCQ », « Moi je suis Ali Shaheed Muhammad » et « Je suis Phife Dawg ».

Transmettre cette fraternité

 

Q Tip

Q Tip

On parle musique, bien entendu, et je m’étonne de l’influence majeure que peut avoir le jazz sur des gens aussi jeunes . « On ne pourra jamais ôter l’élément jazz de ATCQ », affirme Ali Shaheed M, « Si nous aimons autant le jazz, c’est parce qu’elle est une musique résolument underground. Et nous autres musiciens du rap nous vivons exactement comme des jazzmen. ». Puis Q Tip enchaine : « On écoute des tas de musiques comme celles qu’écoutaient nos parents ; la soul et le funk, nous avons grandi avec. Et si bien entendu nous écoutons également les sons d’aujourd’hui, c’est en étant conscient que sans ceux du passé ils n’existeraient tout simplement pas. Chaque forme de musique a été inspirée d’une autre forme de musique. ». Lorsque je leur demande quels samples ils comptent employer pour leur futur album (« The Low End Theory »), je me fais chambrer par Q Tip : «  Des chiens qui aboient, des portes qui claquent et des klaxons de voitures…hé qu’est-ce que tu crois ? On ne révèlera jamais le secret de nos samples. » Mais il ajoute immédiatement : «  Ce que je peux garantir, c’est que notre musique vient du cœur. » J’évoque alors le puissant vecteur social que portent leurs lyrics et c’est à nouveau Ali qui réplique : « Ce que nous faisons dans notre musique c’est juste de refléter ce qui se passe dans notre communauté, un peu à la manière de Spike Lee. Ce que nous voulons transmettre c’est cette fraternité que l’on retrouve dans nos quartiers, comme celui-ci, la preuve que nous pouvons tous vivre ensemble. » Q Tip reprend la parole et poursuit : «  Mais nous sommes aussi confrontés à des problèmes ici, des problèmes raciaux, des différences qu’il faudra bien faire cesser un jour. Il y a un coté ghetto dans ces quartiers où les gens sont regroupés selon leur origine : blacks, hispaniques ou blancs irlandais. et c’est le prix des habitations qui sert de barrière sociale. À mon sens c’est un contrôle tout simplement ségrégationniste. Nous manquons de structures pour défendre nos valeurs alors que les bourgeois de Park avenue sont organisés à défendre leur entre soi. »

Au studio de Jazzy Jay

Ali & Phife

Ali & Phife

Soudain l’interview s’interrompt, car leurs potes des Brand Nubians passent justement par là. Big hugs et claquement de mains, cela se passe comme ça dans le Bronx. Bientôt, nous suivons nos trois ATCQ jusqu’au studio de Jazzy Jay situé au premier étage de l’immeuble en face. Séance de travail Q Tip se place devant le micro et improvise avec une incroyable nonchalance des textes puissants comme un ouragan. Je n’ai jamais oublié ces quelques heures précieuses en studio où le trio m’a bluffé par sa manière de fonctionner, travaillant leurs samples avec art, mêlant leurs sons pour construire une trame solide sur laquelle Tips posait ses lyrics aussi futés qu’affutés. Le tout, avec un sens de l’impro, mais paradoxalement aussi une véritable maitrise malgré leur très jeune âge. 25 années après la sortie de leur « People’s Instinctive Travels and the Path of Rythm », ces compositions telles « Luck of Lucien » , « I Left My Wallet in El Secundo » ou « Bonita Applebum » restent toujours aussi novatrices. C’est justement ce titre-là que remixe aujourd’hui avec folie l’ami Pharrell Williams qui avoue que ATCQ fut l’une de ses principales sources d’influences.  « Cet album était vraiment précurseur » admet le taiseux, mais néanmoins modeste Phyfe Dawg. On ne va pas le contredire. « People’s Instinctive Travels and the Paths of Rythm : the 25th Anniversary Edition » contient également un remix inédit de « Foot print » par Ceelo Green et un fabuleux « Can I Kick It ? » revisité par J Cole. En 93, à l’occasion de la sortie de leur 3éme album « Midnight Marauders », j’ai retrouvé Q Tip, Ali et Phife à Houston, Texas…mais c’est une autre Gonzo-story que je vous ferai partager un de ces quatre…promis !

« People’s Instinctive Travels and the Paths of Rythm : the 25th Anniversary Edition » est sorti depuis le 13 novembre.

People’s Instinctive Travels and the Paths of Rythm : the 25th Anniversary Edition

Capture d’écran 2015-12-11 à 17.29.17

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *