The King is dead…Ed King du Lynyrd Skynyrd est décédé

Partager

 

Ed King

the Strawberry Alarm Clock

 

 

Sa signature figure sur LE plus gros hit de Lynyrd Skynyrd « Sweet Home Alabama », le guitariste Ed King s’est hélas éteint hier à Nashville : il avait seulement 68 ans. Il était le seul non-sudiste de la formation des frères Van Zant. Si les causes du décès sont encore inconnues, on sait qu’il combattait un fucking cancer du poumon…

 

 

Lynyrd SkynyrdIl avait échappé au pire : le crash du 20 octobre 1977, au-dessus de la Caroline du Nord, qui avait décimé Lynyrd Skynyrd, tuant entre autres le chanteur Ronnie Van Zant et le bassiste Steve Gaines. Le guitariste Ed King est mort cette nuit à Nashville Tennessee, il n’avait que 68 ans. Natif de Glendale, en Californie, il démarre d’abord dans le one hit wonder band de LA the Strawberry Alarm Clock qui se distingue de son mini tube bubble gum « Incense and Peppermint » en 67, avant de rejoindre le clan sudiste de Lynyrd Skynyrd d’abord en tant que bassiste puis comme guitariste. Ed King contribue de son rock aux trois premiers LP du groupe des frangins Van Zant et co-signe la plupart des hits comme le blueseux « Saturday Night Special », « Working for MCA » et surtout l’immortel « Sweet Home Alabama »- c’est sa voix qui prononce le 1,2,3 au début du morceau- qu’il évoquait en ces termes : « Ma chanson « Alabama » méritait bien le coup à l’étrier que Lynyrd Skynyrd m’a donné sur leur grand disque. Cependant, je n’aime pas trop mes mots quand je les réécoute. Ils sont accusateurs et condescendants, pas tout à fait réfléchis, et trop faciles à mal interpréter ». Ed King savait de quoi il parlait puisque ces paroles ont longtemps enflammé la polémique. Lorsqu’en 1972, sur son légendaire 33 tours « Harvest », Neil Young compose « Alabama », le Canadien était loin de se douter que, deux ans plus tard, sa protest song contre le racisme dans cet État du Sud aurait un tel écho avec le « Sweet Home Alabama » de Lynyrd Skynyrd. Il faut se souvenir qu’au début des années 60, l’Alabama va cristalliser le combat pour l’égalité des droits civiques. D’abord en 63 avec la campagne de Birmingham, puis en 65 avec les fameuses marches de Selma, l’Alabama sera l’épicentre du combat contre la ségrégation des noirs. La composition de Young s’en fait l’écho et celle de Lynyrd Skynyrd est souvent perçue comme la réponse du berger à la bergère, mais c’est une erreur. Si la formation des frères Van Zant est certes originaire de Jacksonville en Floride, cette ville située au nord de l’État est juste à quelques encablures de la frontière avec la Georgie et…l’Alabama, justement. En fait, le groupe avait enregistré au fameux studio Muscle Shoal où Bo Diddley, Aretha Franklin et de nombreux groupes avaient l’habitude de travailler.

RIP and so long « Free Bird »

Ed King

Ainsi, « Sweet Home Alabama », loin d’être une ode aux gros bourrins racistes du sud, est avant tout un hommage à ce lieu de production magique pour la musique où Lynyrd avait déjà, entre autres, capturé son magnifique « Free Bird ». Par conséquent, le soi-disant antagonisme entre Neil Young et le gang Van Zant n’était surtout qu’un rideau de fumée pour amuser la galerie rock. Lorsque Ronnie Van Zant chante « J’espère que Neil Young se souviendra/ Qu’un mec du sud de toute façon n’a pas besoin de lui », contrairement à ce que tout le monde croit, c’est juste un clin d’œil entre deux rockers qui s’appréciaient mutuellement et qui le prouvaient : Ronnie portait souvent sur scène des T shifts à l’effigie de Neil Young, comme sur la pochette de « Street Survivors », l’ultime LP des Skynyrd. Nouvelle preuve de la complicité entre Young et Skynyrd, la seule fois où le chanteur canadien a repris le riff imparable de « Sweet Home Alabama » c’était justement en 77 lors d’un show hommage aux Lynyrd Skynyrd disparus.  En 1987, King rejoint la reformation de Lynyrd Skynyrd pour une tournée « Reunion » avec Johnny Can Zant, le jeune frère de Ronnie. Mais en 96, à cause d’une insuffisance cardiaque, Ed King doit prendre une retraite anticipée. Il subit d’ailleurs une greffe en 2011. Mais la maladie le rattrape avec un méchant cancer du poumon qui a fini par avoir sa peau. Sur sa page Facebook on pouvait lire ce matin le communiqué suivant : « C’est avec une grande tristesse que nous annonçons le décès d’Ed King, mort chez lui à Nashville, Tennessee, le 22 août 2018.  Nous remercions ses nombreux amis et fans pour leur amour et leur soutien à Ed tout au long de sa vie et de sa carrière. » RIP and so long « Free Bird »….

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.