MON GRAND FRÈRE EST UN ROCKER

Partager

 

Les Dogs

Les Dogs

 

Voici 30 ans dans BEST, GBD tirait le portrait des 13 héros alternatifs rock français, réunis par le label des Garçons Bouchers, pour constituer cette incroyable compilation d’énergie brute en bleu blanc rock. Avec la fine fleur indé de l’époque,Wampas, Bérus Noir,  les légendaires Dogs, Pigalle, La Souris Déglinguée comme le fringant Gilles Tandy,  « Mon grand frère est un rocker » est peut-être la compile la plus cruciale jamais publiée sur le rock Français des 80’s, un monument sonique terriblement tonitruant…qui n’a forcément pas pris la moindre ride !

 

 

Publié dans le BEST N° 235

 

 Mon grand frère est un rockerCompilation désintègrante de treize groupes camemberts faits comme des rats, « Mon Grand Frère Est Un Rocker » est le Luna Park le plus fun du moment. Galerie des monstres, où autos tamponneuses, cirque et grande roue, bref chaque titre est une attraction pour petits et grands. Et gare au vertige…Comme à l’école, il y a d’abord ceux qui sont devant. Premiers de la classe, les Parabellum avec ce « Saturnin » de la télé qui endosse un flight-jacket pour jouer les canards stars dans « La Fureur de Vivre ». Collaboration des Garçons Bouchers et des Bérus, sous le pseudo de Mano Nera (suivez mon regard : NDR), « Vieux Moisi » est un ska dément pour petites canailles, doublé d’un clin d’œil au « Fais pas çi, fais pas ça» de Troncdu. Ce titre, le plus dansant de l’album, est à dédier absolument au prof/surgé/ boss/ receveur de l’ANPE (Pole Emploi: NDR) et autre représentant de l’autorité. Pour Antoine des Dogs, « Le Taxidermiste » est un poor lonesome cow-boy et ferait une B0 parfaite pour le lieutenant Blueberry. BD aussi avec Pigalle, dont «  L’éboueur » est un hommage direct aux« Dingodossiers » de Gotlib. Poing levé et révolte pour La Souris Déglinguée, ses « Jeunes Seigneurs » sont des héros modernes, des samouraïs du bitume sur fond de sex shops et de baraques à frites. En écoutant Tai-Luc, le chanteur de LSD, on se sent littéralement pousser le cuir sur la peau. Après le titre des Chihuahua,  « Los Carayos », une pure émanation Boucherie prod clôt cette première face par une furieuse comptine dixieland.

-la-souris-deglinguee-

-la-souris-deglinguee-

Sur la face B, et tout près du radiateur, on retrouve les Wampas et leur rockand roll sexe du premier âge. « Au Pays Du Touche Pipi» sur trame d’énergie Clash, on imagine Elvis ze Pelvis se déhanchant en chantant l’éducation sexuelle à l’école. Lucky Luke un peu acidé, le « Cow Boy Joe » de Gilles Tandy and friends est aussi déjanté avec classe du côté de Stan Ridgway et de Chris lsaak. Asséné par les OTH, « L’École de La Rue » a le speed des Stiff Little Fingers. tandis que les Endimanchés inventent le punk-guinguette dopé à l’accordéon pour mieux nous faire marner. Les Métal Urbain se réforment pour la cause des kids de 7 à 77 ans et réalisent un cover sanglant du « Rock and Roll » de Glitter. Et les Garçons Bouchers, dans le plus pur style Lagarde et Michard achèvent ce recueil sur le décavé  « Avec Mémé Au Supermarché» un rock bolino-soupe en sachet dédié aux nouvelles mythologies que sont les contractuelles et les mobs ramasse-crottes. « Mon Grand Frère Est Un Rocker » est à offrir à tous les p’tits frères de la planète… à condition de le leur taxer dès qu’ils sont pieutés.

 

Publié dans le BEST N° 235 daté de février 1988

BEST 235

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.