Le dernier surf de Dick Dale

Dick DaleIl était le père de la guitare surf instrumentale qui a su inspirer les Beach Boys et tant d’autres, le légendaire Dick Dale s’est éteint hier. Son style incomparable avait été remis au gout du jour par Quentin Tarantino qui avait utilisé son « Misirlou » comme thème principal de « Pulp Fiction ».  Il avait 81 ans.

 Dick DaleC’est finalement une crise cardiaque qui aura eu la peau de Dick Dale, même si depuis des années il se battait contre un cancer colorectal agressif. Le guitariste le plus fameux de la surf music instrumentale était paradoxalement né sur la cote est et plus précisément à Boston. C’est pourtant la west coast qui va finalement adouber ce guitariste au son aigrelet si caractéristique après que son père, un ingénieur aéronautique d’origine libanaise, ne soit engagé par la Hughes Aircraft Corporation et que toute la famille ne déménage à El Segundo ( yes le même dans la chanson de De la Soul « Il Left My Walet In El Segundo), dans la banlieue de LA. Si Dick ne commence que tardivement l’art du surf à ses 17 ans, la légende ne va pas tarder à le rattraper. Car c’est dans ses origines moyen-orientales que le guitariste va puiser pour inventer sa musique de surfeurs. Capitol records ne s’y trompe pas en le signant dés 1962. Il ne lui faudra que quelques mois pour imposer dans les charts  le son aussi frénétique qu’exotique de hit le plus célèbre son « Misirlou », remis au gout du jour par « Pulp Fiction ». Dès lors Dick Dale & the Del Tones deviennent les mètres étalons de cette musique qui incarne tout le speed de la surf culture. Le guitariste devient le King of the Surf Guitar, un titre que nul n’aurait osé lui challenger. On dit que sa virtuosité guitaristique aurait inspiré aussi bien Jimi Hendrix que Stevie Ray Vaughan et l’on veut bien le croire. Très vite pourtant dés le milieu des 60’s la nouvelle vague de la British Invasion va s’imposer, cependant la légende de Dick Dale demeure intacte. Hélas, l’emblématique guitariste est atteint d’un cancer du côlon, qu’il combattra si longtemps avec courage. Aujourd’hui de grands musiciens de Chuck D de Public Enemy au guitariste de Queen lui rendent le plus vibrant hommage.

Ainsi Brian May a publié sur son compte Instagram : «  RIP Dick Dale – Père de la guitare Surf. Nous te sommes tous redevables. Rock on. Regardez comment sa guitare est cordée ! Il est gaucher, mais joue essentiellement d’une guitare droitière – à l’exception des commandes et des « cors ». Ses lourdes cordes de basse se trouvent donc sur le bord inférieur de l’instrument. Cela signifie que ses doigts ne pourraient jamais jouer comme nous autres. Cela l’a peut-être amené à utiliser ces notes graves plus souvent et avec plus de force que tous ceux qui l’entourent. Mais sa sonorité très particulière vient de son action très rapide de haut en bas dans la main de picking (parfois appelée ‘tremolo’, en référence à la technique de la guitare espagnole flamenco traditionnelle à sonorité similaire, qui se fait en fait d’une manière très différente, avec des ongles multiples). Et beaucoup d’effet d’écho. Et des cordes épaisses. Et beaucoup d’énergie !!!!!! Jetez donc un coup d’oreille à son premier succès ‘Miserlou’. Sauvage !!!!! J’aurais aimé le rencontrer. Mais nous avons tous bénéficié de son travail de pionnier. ». RIP Dick Dale !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.