LA MEILLEURE DES OPPOSITIONS

Opposition Gilets jaunes ? Insoumis ? Ruffin ? Mélenchon ? RN ? Wauquiez ? LR ? Vous n’y êtes pas du tout de chez pas du tout car encore aujourd’hui, la meilleure des oppositions c’est…the Opposition. Et le groupe Anglais l’a à nouveau très largement prouvé hier soir au Bus Palladium donnant son premier concert parisien depuis…VINGT CINQ ANS ! Welcome back mister Long… but that was MUCH too long 😉

Opposition Au tournant des années 80, aux cotés des Simple Minds, Police, U2 et autres Echo and the Bunnymen, un power trio made in England fait tout particulièrement battre la chamade aux petits frenchies. Du jour au lendemain le chanteur guitariste Mark Long, le bassiste prodige Marcus Bell et le batteur moissonneur 😉 Ralph Hall s’inscrivent durablement à notre horizon musical hexagonal avec the Opposition ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/so-long-marcus-bell-from-the-oppositionso-so-so-sad-departure.html , https://gonzomusic.fr/the-opposition-au-revoir-marcus-bell.html et aussi https://gonzomusic.fr/so-horseshoe-in-the-glove.html ). Hélas, trimbalés d’un label à l’autre tel un yo yo, dealant avec une maison de disques différente à quasi chaque album, the Opposition au milieu des 90’s s’enlise à jamais dans les sables mouvants du marketting-roi qui finira par achever ce groupe merveilleux. End of the story ? Sans doute et surtout après le bouleversant décès de Marcus Bell, terrassé par le fucking crab. Mais c’était sans compter sans l’instinct de survie de l’ami Mark. Ainsi tel le Phénix renaissant de ses cendres, la voix de the Opposition s’élève à nouveau avec la réédition de l’intégralité du back catalogue du groupe et un fulgurant nouvel album intitulé « Somewhere in Between » ( Voir sur Gonzomusic https://gonzomusic.fr/opposition-le-retour.html ). Et hier soir, à Paris city, et plus précisément au légendaire Bus Palladium, rue Fontaine, à Pigalle, the Opposition foulait à nouveau une scène parisienne. La précédente, c’était au passage du Nord Ouest, en 1994. Soit VINGT CINQ ANS auparavant. Qui saurait reprocher à Mark Long de ne pas avoir de la suite dans les idées. Certes, hier sous le spotlights, sa chevelure était plus argentée qu’au siècle dernier. De même au début, sa voix n’était pas aussi assurée qu’à l’accoutumée. Ainsi sur les deux premiers titres, l’emblématique « Breaking The Silence », leur tout premier succès en 80, puis « In My Eyes » notre chanteur semblait hésitant. Mais très vite, dés la bien nommée « Voice Has Changed », Mark Long retrouve son souffle et enchaine les perles « Empire Days » ou encore « Somewhere In Between ». Échappant totalement à l’emprise du temps, les compositions d’Opposition retrouvent leur super-pouvoir, celui d’un rock climatique, émotionnel, un rock à fleur de peau qui ne peut laisser indifférent. Comme une ombre bienveillante au-dessus de nous, Marcus disparu semble nous observer avec un sourire bienveillant.  

 

set list bus palladium

set list bus palladium 7 mars 2019

Entouré de ses nouveaux musiciens, mais toujours cornaqué par le fidèle entre les fidèles, Kenny Jones, aux commandes du son, Mark Long se donne a fond pour que ce moment soit vraiment privilégié. Et les aficionados réunis ce soir, face à la scène du Bus Palladium, goutent ce moment particulièrement privilégié en forme de joyeux retour vers le futur. Les good vibes de « Black and white », « My Room Is White », « Very Little Glory », “Paddy Fields” et “War Games” achèvent en beauté ce set qui semble trop court. Plus tard, backstage, ému par de retrouver son public français, mister Long promet qu’Opposition reviendra avant les 25 prochaines années. Une promesse qu’il ne devrait pas manquer tenir et à laquelle, bien entendu, nous n’allons pas nous…opposer !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.