JONI MITCHELL “Archives vol 1: The Early Years 1963-1967”

Joni MitchellCe coffret aux mille et un trésors nous éclaire sur les premiers pas de Joni Mitchell, la grande poétesse du folk US des 60’s. Du matériel inédit donc, qui regroupe des démos enregistrées dans la maison de ses parents et des enregistrements live quand la jeune Roberta Joan Anderson (elle ne deviendra Joni qu’en 1965) débutait dans d’obscurs lieux intimes, cafés, clubs folk et stations de radio.

Joni MitchellPar Jean-Christophe MARY

Ces enregistrements amateurs couvrent la période 1963-1968, période où la jeune femme se produit en public jusqu’à l’enregistrement de son premier « Song to a Seagull » produit par son amoureux de l’époque, David Crosby. Ces premiers recordings nous permettent de mieux comprendre comment la chanteuse folk débutante a su développer sa voix, peaufiner son écriture tout au long de ces cinq années. L’histoire commence donc en 1963. Le DJ radio Barry Bowman vivait avec trois de ses amis au centre-ville de Saskatoon, au Canada. Au cours de cet été, Barry et ses amis s’étaient liés d’amitié avec Joni Anderson qui à l’époque portait toujours son nom de naissance. Ce petit groupe se rassemblait fréquemment dans cette grande maison. Un des amis et colocataires de Bowman, Danny Evanishen encourage alors Joni Mitchell à jouer de la guitare, lui prêtant sa guitare pour jouer en remplacement de son ukulélé. Encouragé par le talent de Joni Mitchell, Barry Bowman l’invite à la station de radio pour enregistrer neuf chansons folk traditionnelles. Le reste, on le découvre au fil de ces 5 CD. Sur les deux premiers disques qui regroupent live radio à la station CFQC AM, un live At The Half Beat et maquettes de titres dans la maison de ses parents, on découvre une chanteuse un peu hésitante, mais déjà dotée d’une voix claire et perçante qui se fond parfaitement sur les reprises de House Of the Rising Sun. La majeure partie des deux premiers disques est consacrée à sa prestation au club Half Beat à Yorkville de Toronto en octobre 1964.

Joni MitchellLe show est un mélange de reprises de Jackson Browne “The Crow On The Cradle”, Woody Guthrie « Pastures Of Plenty” » et d’enregistrements personnels « Born To Take The Highway » , et « Urge For Going », une démo enregistrée pour l’anniversaire de sa mère en 1965. « Urge for Going » figure parmi ses premières grandes chansons tout comme « The Circle Game » enregistrée en novembre 1966 au 2nd Fret à Philadelphie où elle l’interprète  » Le style, la voix, le jeu de guitare s’affirment au troisième album avec ces magnifiques versions de « Both Sides Now » et « The Circle Game » et cette reprise du « Sugar Mountain » de Neil Young. Le quatrième disque débute par les 10 titres démo enregistrés chez elle à New York au milieu de 1967 avec des versions dépouillées de “I Had A King”, “Free Darling” “Conversation”, “Morning Morgantown” “Dr. Junk” “Gift Of The Magi”, “Chelsea Morning”, “Michael From Mountains”et “Cara’s Castle”. La voix y est plus mature, elle fait corps avec la guitare, monte haut dans les aiguës sur des mélodies à la croisée du folk et de la pop. La suite, ce sont deux sets livrés au Ann Arbor’s Canterbury House le 27 octobre 1967, un tour de chant devenu très professionnel où elle blague avec le public et intègre pour une grande majorité ses propres chansons. Résultat, on assiste en direct à la naissance de l’artiste qui deviendra la « Lady of the Canyon ». L’année suivante sortira son premier LP. Dans ce coffret 5 CD le collectionneur avisé découvrira également un livret 40 pages avec photos inédites et de nouveaux entretiens inédits avec Cameron Crowe. Une belle idée de cadeau pour les fêtes de fin d’année.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.