JAMES TAYLOR : « Before This World »

Partager

 

JT by Thomas Harris

Comme un vieil ami resté trop longtemps éloigné, on pourra dire que ce 17éme album de James Taylor s’est fait attendre : 13 années se sont écoulées depuis son prédécesseur. Une éternité à l’heure internet. Mais « Sweet baby James » n’a rien perdu de son feeling illimité et le prouve de manière cinglante au fil des 10 compositions lumineuses qui composent ce « Before This World »

 

James Taylor: "Before This World"Un peu comme McCartney, aussi loin que remonte ma mémoire, James Taylor a toujours été à mes cotés. Premier slow dans ma première boum de l’été de mes 15 ans, « You’ve Got A Friend », sublime cover de la chanson de Carole King sur le LP « Mud Slide Slim ». 5 ans plus tard, premier concert inoubliable à Philadelphie dans la foulée de son « In the Pocket » porté par l’inestimable « Shower the People »…je peux ainsi multiplier les exemples. Mais avec seulement deux albums durant les 90’s et toutes ces longues dernières années où il n’a publié qu’albums de reprises et chants de Noël, on était en droit de se demander si notre héros folk soul aux yeux bleus n’était pas en panne de créativité. Et bien non ! Et il le prouve avec « Before This World », collection de dix balades émotionnelles. Pour parvenir à retrouver sa fibre créative, JT s’est isolé dans un appart face à l’océan Atlantique à Newport, dans le petit Etat du Rhode-Island, pour composer ces chansons, avant de les enregistrer dans une grange, simple dépendance de sa ferme du Massachussetts.

Balades intemporelles

Le résultat en vaut décidément la chandelle, les balades de James Taylor sont si intemporelles qu’elles auraient pu être composés voilà vingt ans. Le titre « Today Today Today » ouvre l’album sur un tempo country cool qui sent bon la campagne et qui rappelle « Millworker ». « You and I Again » simple et dépouillée en piano- voix c’est un peu le retour de « Long Ago and Far Away » et de « Country Road ». Pour son « Angels of Fenway » James a appelé sa femme et son fils à la rescousse pour quelques précieuses vagues d’harmonies. La suivante, « Stretch of the Highway », est sans doute une des plus abouties de cet album, avec ses réminiscences du JT le plus classique de « Fire and Rain » ou de « Shower to the People » marquant l’incontestable retour de notre soulman blanc. Une simple guitare acoustique et sa voix dorée suffisent à nous entrainer au bout du Monde à l’instar de ce superbe «Montana » entre « Copperline » et « Don’t Let Me Be Lonely Tonight ». « Snow Time » comme une comptine enfantine de Noël donne envie de se poser devant une cheminée. Enfin, il faut évoquer la classique « Wild Mountain Thyme » reprise de la manière la plus dépouillée qu’il soit à la guitare acoustique et violon. Oscillant avec art entre soul, folk et country James Taylor trouve parfaitement son équilibre et ses compositions qui défient le temps sont aussi solides que le classic car sur lequel il s’adosse en pochette de ce « Before This World ». A noter qu’il existe trois titres inédits supplémentaires- que je n’ai pas pu écouter- sur la version de l’album commercialisée par la chaine de supermarchés US Target.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *