HUMAN LEAGUE : « Crash »

Partager

 

The Human League 

Voici 30 ans, dans BEST, GBD chroniquait le 5éme LP des Human League, se laissant largement séduire par ce nouvel acier ébène forgé à Sheffield. Normal, d’une part, « Crash » était produit par Jimmy Jam et Jerry Lewis, compagnons de route du Kid de Minneapolis, d’autre part, quatre ans auparavant débarquant dans la neige de Sheffield, n’avait-il pas tendu son micro à Phil Oakey à l’aube de la secousse tectonique de leur album « Dare » porté jusqu’aux étoiles par leur imparable « Don’t You Want Me » ? Souvenirs. Souvenirs.

 

The_Human_League_-_CrashVision d’un autre siècle, dans les rues, les naufragés économiques de Thatcher faisaient la queue à la soupe populaire. C’était la crise. Tout le pays semblait figé par la neige et les frimas. Une seule mélodie allait pourtant réchauffer la vieille Angleterre. « Don’t You Want Me » de the Human League et « Fascist Groove Thing » des sécessionnistes d’Heaven 17 se disputaient, en lutte fratricide, le sommet des charts. Mais la formation historique de Phil Oakey allait gagner par KO, se taillant la part du lion face à l’Heaven 17 de ses ex-camarades de HL, Ian Craig Marsh et Philip Adrian Wright les fameux British Electric Foundation. (Ce reportage, promis sera republié sur Gonzomusic) ) en…2022, so please be patient 😉 )  En solo, l’ami Phil allié au futé pape synthétique Giorgio Moroder avait également signé, l’année précédente, un joli brin de hit, le lumineux « Together In Electric Dreams » pour la BO du film du même titre du vidéaste clippeur Steve Barron…  Anyway, en 1986, avec ce virage cross-over kripto-Princier de « Crash », the  Human League signe sans doute son dernier bon LP. D’ailleurs, le groupe se désintègre juste après…avant de se reformer de manière épisodique en 90, puis en 95…puis en 01 et finalement en 011. Qu’importe, la formation de Phil Oakey aura su en influencer de leur vague synthé-pop des myriades d’autres des Pet Shop Boys à Robbie Williams à…(why not ?) Mika…sans oublier le regretté George Michael.

 

Publié dans le numéro 220 de BEST

 human-league-human-1986

Cet hiver 82, la neige recouvrait tout le pays. L‘Angleterre se réchauffait en écoutant le « Dont’ You Want Me » de Human League. Débarqué dans leur fief de Sheffield, j’étais sans doute le premier frenchie à visiter le studio de répète de Phil Oakey et de ses petits camarades. Synthés, drum machines et microchips à musique, Human League m‘avouait sans honte, mais avec provoc, sa passion pour le funk poppy d‘lmagination. Et Phil Oakey de pianoter alors sur son clavier les premières mesures de « Body Talk ». A l’étage au-dessus, dans sa chambre étaient déjà empilés les premiers Maxis de Prince Rogers Nelson. Blanc comme la neige de Sheffield, le funk british de Human League penchait déjà très fort vers Minneapolis. Quatre ans se sont écoulés, Phil et son gang s‘envolent vers la région des grands lacs du Minnesota. Destination fusion, les League se retrouvent au Minneapolis Marriott Hotel. le palace le plus proche du studio Flyte Tyme de Jimmy Jam et de Terry Lewis. Alexander O’Neal, Cherelle, Janet Jackson et bien d’autres ont déjà subi les mutations de ces deux compagnons du Kid reconvertis en cellule de production. Drôle d’association, le son de Sheffield télescopé par le funk de Minneapolis se déchaîne et se libère comme un cœur de réacteur nucléaire. « Crash» s’inscrit dans l’évolution logique du succès de la League sur les FM yankees « (Keep Feeling) Fascination », «Mirror Man» ou « The Lebanon ». Okay. Phil s’est vendu pour secouer toujours plus de fessiers, mais la danse n’est-elle pas la seule raison d‘être du « genre humain » ? Sensuel comme le « Little Red Corvette » de Prince, le single « Human » -signé Jimmy Jam/Terry Lewis comme la majorité des titres du LP-respecte les pulsions synthétiques de Human League en leur injectant toute la mélodie et le coulant de leur Flyte Time studio. « Human » c’est exactement comme le «Saturday Night » de Cherelle, un slow-rock qui chaloupe vers l’étreinte. Vous avez dit Flyte Tyme ? Ecoutez donc « l Need Your Loving » . Si la p’tite Janet Jackson. vous a fait craquer sur son « What Have You Done For Me Lately », préparez-vous à une rechute pour cause de clonage. Human League électrisé par la pluie pourpre sur l’axe SheffieId/Minneapolis, gare aux étincelles, Phil !

 

Publié dans le numéro 220 de BEST daté de novembre 1986

 BEST 220

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *