GRACE JONES : « Slave To The Rhythm »

Partager

Grace Jones 1985

Cet hiver 85/86, je fondais comme la glace à la vanille sous le chocolat fondu des profiteroles sur le 7éme album de « ma jamaïcan gal …l’immense Grace Jones…retour vers le futur de « Slave To The Rythm ».

Slave To the RythmDiva ultime, Grace Jones ne s’est pas contenté d’inaugurer l’ouverture du Palace de Fabrice Emaert le 1er mars 78, elle incarnait à elle seule tout l’esprit fantasque de ce lieu aussi délirant que festif. Si je n’étais pas, hélas à cette ouverture, je me suis heureusement rattrapé par la suite. Et c’est ainsi que je me souviens d’un show incroyable dans ce même Palace de la rue du fg Montmartre mis en scène par Jean Paul Goude. Cela devait être en 80 pour la sortie de l’incandescent « Warm Leatherette ». Bref, j’ai toujours eu un faible pour mis Jones au point de chroniquer pour BEST cet hiver 85/86 l’album « Slave To The Rythm » dont voici l’article publié dans le numéro 209 du défunt magazine BEST. Cheers !

Déesse  jamaïcaine

Publiée en 82 chez Xavier Moreau (New York),  » Jungle Fever » de Jean Paul Goude constituait à ce jour l’unique biographie officielle de Grace Jones. Mi-Pygmalion, mi-Frankeinstein, Goude avait forgé la Grace. Bel objet, panthère noire, bisexuée, androgyne, elle porte en elle l’image idéale et paradoxale de notre temps. Grace EST le véhicule des années 80. (Citroën? NDLR)  Le nouveau Grace Jones, « Slave To The Rhythm « , aux antipodes du LP conventionnel (effets sonores, extraits d’interviews, mise en ondes) est la première bio pour les oreilles et porte la griffe de Trevor Horn. Variations sur le thème unique de la Grace, « Slave To The Rhythm » retrace dans la magie technologique du Synclavier l’irrésistible ascension d’une déesse jamaïquaine.  » La grande force de son image, c’est qu’elle oscille constamment du quasi grotesque à la plus parfaite beauté africaine. (. .. ) Je ne suis pas certain de savoir ce qui déterminait ma passion. Grace ou l’idée que je m’en étais forgée » (JP Goude) Déclarations de JP Goude, interviews de Paul Morley, trucages divers,  » Slave To The Rhythm  » est un film-vinyle pour les oreilles qui ravira les inconditionnels de Grace Jones. Les autres se contenteront du GÉNIAL maxi 45 tours « Slave To The Rhythm ». Sections de cordes et de cuivres, trucages de tous poils, le son ZTT /Trevor Horn offre à Miss Jones toute la technique rodée par Frankie Goes To Hollywood, Propaganda et les produits nouvelle cuisine Zang Tuum Tumb. Esclave du Rythme nous restons à tes pieds subjugués.

 » La morale est la faiblesse de la cervelle » dixit Grace Jones…toute une philosophie !

Publié dans le numéro 209 de BEST daté de décembre 1985BEST 209

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *