PETER CASE : « Peter Case »

Partager

 

 Peter Case

Voici 30 ans dans BEST, GBD chroniquait le tout premier LP solo de Peter Case, un des héros du rock de Los Angeles. Avec Paul Collins et Jack Lee, Case avait fondé les mythiques Nerves qui avaient offert leur hit légendaire « Hanging on The Telephone » à Blondie. Peter Case était ensuite devenu le leader des Plimsouls qui avaient également durablement marqué la scène rock de la Cité des Anges. Flashback.

 

Peter Case album« Peter Case un jour sera plus grand que les couvertures de nos canards » écrivais-je en décembre 1986, preuve qu’il n’est guère aisé de jouer les devins du rock. Oui j’avoue en 38 ans d’exercice je me suis planté un nombre incalculable de fois, pariant sur des artistes, des groupes, des albums ou des chansons. Fuck it… elles font désormais partie de mon Panthéon. Bon, j’ai aussi eu parfois raison…heureusement 😉 Anyway j’assume pleinement mon choix de Peter Case…même 30 ans plus tard !

 

 

Publié dans le numéro 221 de BEST

 

 

Août 85. Laurel Canyon. Dans la maison de bois peinte en blanc, Peter s’est fait la valise. Exit les fulgurants Plimsouls et en avant solo. Peter m’avait balancé les rough mixes de son LP à venir. Guitare bsèche, folk blues ravageur: avec Victoria (Williams) sa girl friend, Peter avait bien tourné la page. Clin d’œil aux Pogues folkeux-punkisants : la reprise de « Pair of Brown Eyes » se teinte du technicolor western. « Small Town Spree » et des arrangements signés Van Dyke Parks (Litle Feat, Tim Buckley, Beach Boys etc) : Peter Case s‘offre le retour au cœur de l’Amérique. Pour les mêmes raisons on retrouve la voix de Roger MacGuinn et l‘ombre des Byrds plane sur l’album. Mais Peter Case ne renie pas le rock au fil du rasoir des Plimsouls: la preuve, ce « l Shook His Hand» qu’on jurerait écrit pour le groupe. Ballades amoureuses, romantiques, on voit défiler les routes sinueuses inondées de poussières et de soleil qui mènent à Lake Hollywood. David Geffen et la rédaction de Best. après toutes ces années, ne peuvent se tromper en pariant sur ce Johnny Guitar de la décade 80. Peter Case un jour sera plus grandque les couvertures de nos canards.

 

 

Publié dans le numéro 221 de BEST daté de décembre 1986

 BEST 221

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *